Peintures

Il y a très peu de hasard dans mon travail, je passe beaucoup de temps à sélectionner mes gestes, mes taches, mes coulures pour les intégrer à la toile et pour leur donner une raison d’exister.
Plus j’avance dans ma peinture et plus je vais vers la simplicité, je garde l’essentiel. Pour donner plus de force au sujet, je m’applique sur les fonds pour qu’ils subliment le premier plan. Chaque dessin, chaque toile a sa propre vie, le cheminement n’est jamais le même. Je ne reste pas dans un système pour que le résultat soit toujours différent.
Je travaille au couteau, au pinceau, à la bombe de peinture… Chaque matière complète la toile et la fait vivre.
 
 
 

Musique

Fou de Jazz, mais incapable de me servir d’un instrument, j’ai choisi la peinture pour mettre à jour mon ”ambiance Jazz” et pour faire ressortir le plaisir et les émotions que me procure depuis de nombreuses années l’écoute d’une Musique aussi envoûtante grâce à ses interprètes magiques et magnifiques.
 


 
 
 

Taches

Mon travail sur les taches consiste à essayer en partant d’un accident (la tache originelle) de tenter de maîtriser le hasard pour en faire quelque chose de plus voulu et de plus intime;
La tache est pour moi le catalyseur me permettant de commencer mon intervention qui ne se terminera que lorsque je me sentirai en pleine harmonie avec ma toile.
 


 
 
 

F.

Les nus sont arrivés pour une expo à Mauriac avec Marcel Mazar et Daniel Montois . On voulait Marcel et moi travailler sur le thème de prédilection du photographe Daniel Montois et voir jusqu’où on pouvait arriver avec nos techniques personnelles.
J’ai repris mes veilles recettes et les ai adaptés au sujet ce qui a donné des personnages allant de plus en plus vers la non figuration.
Le nu n’était qu’un prétexte car j’avait fait la même chose avec le jazz je n’ai eu qu’a remplacer la musique par la sensualité et le musicien s’est transformé en un personnage érotique et fantasmagorique.
Le fait de partir d’une figuration pour la démonter et la pousser jusqu’à ce quelle devienne une émotion est le but que je veux atteindre.
J’ai besoin de l’abstraction pour donner la dynamique et de la figuration par envie d’humanité.
 
 
 


 

Poisson

Voilà , à force de les écouter, et de les supporter , j’ai fini par craquer et moi aussi j’ai décidé de rentrer dans le cirque et de parler poissons .
Mes poissons n’existent pas ils sortent de ma tête , j’ai enlevé la soupape et il en est sorti des dessins des sculptures et des tableaux …
Grand merci à mon fils et à mes amis « les plus grands pêcheurs à l’ouest de la Dordogne» … !!!
Je privilégie cette fois-ci le mouvement, l’apesanteur pour donner une idée de fluidité et de liberté à mes poissons imaginaires.

 


 
 
 

Mouvement

Ce nouveau rendez-vous est un défi où j’associe la sculpture ( merci JanPi.r pour les conseils et les pierres) et la peinture dans un seul thème: La sensation de vitesse.
La Griserie de la vitesse, quand les poils se hérissent et que la poignée dans le coin vous donne ce coup de pied dans le cul qui vous envoie dans des pays interdits.
Le vent dans la gueule et la route qui défile, vous-vous sentez en harmonie avec la moto et ce paysage qui vous englouti tout entier.
Voilà ce que j’ai voulu poser sur les toile et arraché à la pierre.
Le sujet se disloque et rentre dans l’abstrait pour inventer une troisième dimension, ou peut-être le contraire …. Qui sait?
 


 
 
 

Oiseaux

Suite à l’illustration du livre de Fabrice Genevois « le crépuscule des vaches de mer», j’ai eu envie de me servir de mes dessins pour réaliser une série de toiles. Et puis, l’observation des oiseaux lors de mes promenades matinales avec ma chienne autour d’un lac voisin m’a permis d’affiner mon travail.
J’étais davantage en phase avec la réalité et les toiles sont devenues plus intimes.
 


 
 
 

Dehors